F2 - Le cadrage / 1ère partie : Vocabulaire
Pierre-Alain Dorange - mars 2002 - mise à jour mars 2006

Le cadrage c’est l’organisation de l’image délimitée par le cadre (les 4 cotés de l’écran de diffusion). Le cadrage joue avec l’echelle des plans, les angles de prises de vues, la profondeur de champ, les mouvements de caméras, l’éclairage et la composition.

Cet article en 2 parties adordera dans sa première partie des définitions, echelles de plans puis la composition dans sa deuxième partie.

Sommaire 1ère partie : Vocubulaire du cadrage

2ème partie (composition)

Unités de construction

Le Plan : C’est un morceau de vidéo tourné d’un seul coup et gardé sans coupure au montage. C’est l’unité logique de base d'une vidéo.

La Séquence : Une succession de plans concernant une unité de lieu, de temps ou d’action au sein de la vidéo.

Le Plan-Séquence : Lorsque qu’une séquence se déroule en un seul plan (un long plan en fait). Souvent les plan-séquences utilisent un mouvement de caméra. Les plan-séquences sont très difficile à réaliser.

La Prise : Lors du tournage il n'est pas rare de tourner plusieurs fois le même plan pour des raisons techniques (erreur de dialogue, mauvais cadrage...) on parle alors de prises.

Identifications des Prises : Pour le tournage d'un film long et afin de permettre un montage plus simple on identifiera les prises suivant le plan de tournage. Soit en utilisant un clap (ou une simple ardoise) ou seront notés les numéros de séquences, plans et prises. Ainsi la prise 8-2-3 identifiera la 3ème prise du plan 2 de la séquence 8.

Voir l'article F5-Pré-Production pour plus de détails sur le plan de tournage.

Champs

Le champ est l’espace visible par le spectateur.

Le contre-champ est l’opposé d'un champ. Il est très utilisé pour des scènes de dialogues ou l’on passe d’un personnage à l’autre par champ / contrechamp voir ci-contre.

Le hors-champ, c’est l’action qui se déroule hors de l’écran, non visible par le spectateur. Le hors-champ permet par exemple de donner un certains suspens lorsque le personnage regarde le hors-champ et s’étonne sans que la spectateur ne sache encore ce qui se passe.

La profondeur de champ, c’est la mise en perspective des avants et arrières plans par le jeu de la netteté de l’image.
Sur ce sujet, voir l'article "Un peu d'optique..."


Champ / Contre-champ
dans le dialogue entre Frodon et Galadriel

Les différents type de plans (echelle de plans ou valeurs de plans)

Plan d’ensemble (ou plan général) : Cadrage très large présentant les lieux, les paysages ou se déroulent l’action. Souvent utilisé en début de scène pour situer l’action ou en fin de séquence pour renforcer chez le spectateur l’impression de quitter ce lieu.

Plan de demi-ensemble (ou plan large) : Cadrage large présentant une partie des décors et plusieurs protagonistes de l’action.

Plan moyen : Présente le(s) personnage(s) en pied.

Plan Italien : Cadrage coupant les acteurs en dessous des genoux.

Plan américain : Cadrage coupant les acteurs à mi-cuisse.

Plan rapproché (ou plan buste) : Cadrage coupant les protagonistes à la ceinture. On entre alors dans l’intimité des personnages.

Gros plan : Cadrage serré présentant le visage (ou une autre partie du corps) d’un acteur ou d’un objet. Permet de dramatiser, de distinguer toutes les émotions et de supprimer les distances entre le spectateur et le personnage.

Très gros plan : Gros plan très serrée sur les yeux par exemple. Pour attirer l’attention sur un détail dramatiquement important dans le récit.

 

L’echelle d’un plan peut varier au sein d’un plan grace aux mouvements de caméra (voir plus bas).


Plan d'ensemble, les personnages sont écrasés par le décor


Plan moyen avec un avant-plan


Gros Plan en légère contre-plongée sur Frodon

Angles de vue

Plat (normal) : Cadrage au niveau de la scène, à hauteur du sujet.

Plongée : Cadrage de la scène par le dessus, la vue est en plongée (vers le bas). Ecrase l'action et donne le sentiment de grandeur hors-champ, de peur, de vulnérabilité…

Contre-plongée : Cadrage de la scène par le dessous, la vue est en contre-plongée (vers la haut). L'action est souvent rendu plus forte, le personnage plus héroiques...

Les plongées et contre-plongées peuvent être légère, forte ou extrèmes suivant le sentiment a faire passé.
Une légère contre-plongée est souvent utiliser pour mettre en valeur un héros ou le grand méchant sans trop insister.

Vue objective : c'est le cadrage normal, à la troisième personne, l'action est filmé d'un point de vue extérieur aux personnages présents.

Vue subjective : La caméra cadre et se déplace comme si le spectateur était à la place d’un des personnages (que l’on ne voit plus). Permet d’accentuer l’identification du spectateur.


Plan rapproché en plongée, pour accentuer la démesure du décor que les héros découvrent hors-champ.

Mouvements de caméra

Les mouvements de caméra sont plus délicat à mettre en œuvre correctement.

Panoramique : mouvement de caméra souvent lent de pivotement autour d’un de ses axes (de préférence sur un pied). Permet l’exploration progressive d’un décor pour en renforcer le coté dramatique ou en donner une vue globale.
On peut réaliser des panoramiques horizontaux ou verticaux (un immeuble par exemple).

Travelling : Cadrage dynamique ou la vue suit une action, généralement sans changer de cadrage. Se réalise en déplaçant la caméra.

  • Travelling avant, la caméra s’approche du sujet
  • Travelling arrière, la caméra s’éloigne du sujet
  • Travelling latéral, la caméra suit l’action
  • Travelling ascendant, la caméra s’élève
  • Travelling descendant, la caméra descend

Ce sont des cadrages difficile à réaliser sans équipements spécialisés (rail, steady-cam, grue...). On peut toutefois utiliser un caddie de supermarché ou une planche a roulette.
Les travelling sont aussi les cadrages dynamiques les plus expressif au cinéma.

Zoom : Cadrage dynamique se rapprochant ou s’éloignant du sujet par simple action sur l’objectif sans déplacement de la caméra.
L’effet visuel est radicalement différent d’un travelling avant ou arrière car dans un zoom il y a changement de perspectives.

Dans la réalité du language cinématographique, les zoom sont peu utilisé, on leur préfère généralement les travelling (bien plus "classe").
Toutefois leur utilisation ponctuelle est utile pour exprimés des sentiments de peurs ou de surprises (zoom avant rapide sur un personnage), d'isolation (zoom arrière).
Mais il ne faut pas abuser de ses plans et on leur préfèrera souvent la succession "cut" d'un plan général et d'un gros plan réalisé au montage.

Zoom/Travelling : C'est une combinaison d'un zoom et d'un travelling avant ou arrière synchronisé (aussi nommé travelling compensé). Le sujet principal reste cadré de la même façon et le décor qui l'entoure change de perspective. Cela crée un climat angoissant.
Mouvement très délicat à mettre en œuvre et à utiliser avec parcimonie.

Quelques travelling compensés célèbres :

  • "Vertigo" (Sueurs Froides) de Alfred Hitchcock (1958), lorsque James Steward poursuit Kim Novak dans l'escalier de l'église et est pris de vertiges.
  • Jaws(Les dents de la mer) de Steven Spielberg (1975), lorsque l'agent Brody assit dans un transat surveille la plage et voit le requin apparaitre.

Mise au point : La mise au point correspond à la zone de netteté de l’image dans le cadre. En fonction des besoins on pourra avoir une grande zone de netteté (profondeur de champ) ou une zone réduite pour exprimer des différences de niveaux dans l’image.
Pour en savoir plus sur la profondeur de champ, consulter l'article sur l'optique.

Les caméscopes proposent une mise au point automatique qui rend parfois difficile la réalisation de cadrage dynamique, le cadrage de scène d’action ou la maitrise de la zone de netteté. Dans ces cas il convient d’utiliser la mise au point manuelle, qui est difficile à maitriser mais qui donne les résultats les plus “cinématographique”.

2ème Partie

Suite de cet article dans la 2ème partie : Cadrage - Composition

 

Les images qui servent d'illustration à cette page sont la propriété de

  • "The fellowship of the Ring", film de Peter Jackson - © 2001 - New Line Cinema
haut de la page - © Le garage de la vidéo - reproduction interdite